ActuCiné : « Je suis supporter du Standard », « L’attentat » & « Oh Boy »

Ce mercredi, il y en a pour tous les goûts dans les salles : du très grand public avec “Star Trek : Into Darkness”, le très attendu nouveau volet de la franchise culte reprise par JJ Abrams, “Epic”, un dessin animé écolo pour toute la famille et dernier né du studio Blue Sky (Rio, Ice Age 4) ou encore de la comédie de supermarché avec “Scary Movie 5”… Quant à nous, voici les 3 films que nous retenons cette semaine :

“Je suis supporter du Standard” de Riton Liebman

Pour Milou, 40 ans, le football est une véritable drogue, une religion qu’il pratique en fanatique. Il se fait un devoir de contribuer par tous les moyens à la victoire de son équipe: le Standard de Liège. Mais sa rencontre avec Martine va lui donner une bonne raison de décrocher…

Riton Liebman signe ici un premier long-métrage (aussi bien à l’écriture qu’à la réalisation) très personnel puisqu’il y soigne son addiction au football. Un film-thérapie généreux et bourré d’énergie qui parle de foot pour les footeux… Mais aussi pour les autres. Car si Riton Liebman est supporter du Standard depuis sa plus tendre enfance, le bruxellois reconnaît que ce sont aussi les (nombreux) travers du foot qui l’ont intéressé pour raconter cette histoire, son histoire. Une comédie qui devrait plaire aux amateurs le foot, et encore plus aux allergiques du ballon rond.

***

“L’attentat” de Ziad Doueri

Dans un restaurant de Tel-Aviv, une femme fait exploser une bombe qu’elle dissimule sous sa robe de grossesse. Toute la journée, le docteur Amine, israélien d’origine arabe, opère les nombreuses victime de l’attentat. Au milieu de la nuit, on le rappelle d’urgence à l’hôpital pour lui annoncer que la kamikaze est sa propre femme. Refusant de croire à cette accusation, Amine part en Palestine pour tenter de comprendre.

Interdit dans 21 pays de la ligue arabe dont le Liban, pays d’origine du réalisateur, le film adapté du roman de Yasmina Khadra (auteur du roman “Ce que le jour doit à la nuit” récemment adapté par Alexandre Arcady) fait débat et pour cause : il offre une nouvelle perspective, celle de regarder la situation depuis l’autre côté. Après “West Beyrouth”, Ziad Doueri réitère son expérience avec “L’attentat” : ne pas faire un film sur le conflit israelo-palestinien, mais s’en servir de décor pour raconter une histoire (d’amour, en l’occurrence) sur fond de conflit politique. Un résultat nuancé et sensible qui met en lumière d’autres reliefs d’un conflit aussi complexe que profond.

***

“Oh Boy” de Jan Ole Gerster

Niko approche de la trentaine et il n’a toujours rien fait de sa vie. Ce matin pourtant, les évènements se précipitent : sa petite amie en a assez de lui, son père aussi, et son psychiatre le trouve carrément instable ! Déterminé à se payer au moins une bonne tasse de café – challenge apparemment impossible à Berlin – et à emprunter de l’argent, il parcourt la capitale et fait alors plusieurs rencontres.

Errances urbaines, humour décalé, Nouvelle Vague et jazz sont les principaux éléments de ce premier long-métrage de Jan Ole Gerster qui, après avoir été l’assistant réalisateur de réalisateurs tels que Wolfgang Becker (“Goodbye Lenin!”) ou Tom Tykwer (“Heaven”), passe pour la première fois derrière la  caméra pour un résultat étincellant multi-récompensé aux Deutscher Filmpreis, l’équivalent des Césars allemands, dont meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur acteur.