Palmarès du 66ème Festival de Cannes

Palme d’Or : La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche

Adaptation de la bande-dessinée de Julie Maroh, le réalisateur semblait avoir conquis tous les coeurs des jurés de cette édition… Les pronostics se sont confirmés avec la Palme d’Or qui récompense un film d’amour entre femmes, hors des sentiers battus.

Voir les précédents films d’Abdellatif Kechiche : « La Faute à Voltaire » et « Vénus Noire« .

Grand Prix : Inside Llewyn Davis de Ethan Coen & Joel Coen

Après leur Palme d’Or en 1991 pour Barton Fink, les frères Coen signent leur retour à Cannes et décrochent cette année le Grand Prix.

Voir les précédents films des Frères Coen : « Paris je t’aime« 

Prix d’interprétation masculine : Bruce Dern pour Nebraska d’Alexander Payne

Dans Nebraska, le long métrage d’Alexander Payne, Bruce Dern incarne un vieil homme acariâtre qui pense avoir gagné le gros lot et décide de traverser le Nebraska avec son fils pour aller chercher son chèque.

Voir les précédents films d’Alexander Payne : « Paris je t’aime » et « Monsieur Schmidt »

Prix d’interprétation féminine : Bérénice Bejo pour Le Passé d‘Asghar Farhadi

Après la consécration de « The Artist », Bérénice Béjo joue la surprise en remportant la Palme d’interprétation féminine pour son rôle dans le drame de l’iranien mondialement (re)connu depuis « Une séparation ».

Voir les précédents films d’Asghar Farhadi : « A propos d’Elly« , « Les enfants de Belle-Ville » et « La fête du feu« 

Prix du Jury : Tel père, tel fils de Hirokazu Kore-eda

Après 3 sélections cannoises et un Prix d’interprétation masculine pour Yûya Yagira dans « Nobody Knows » en 2004, le japonais remporte le prix du jury, l’histoire de deux enfants échangés à la naissance.

Voir les précédents films d’Hirokazu Kore-Eda : « Air Doll« , « Still Walking » et « Nobody Knows« 

Prix de la mise en scène : Heli de Amat Escalante 

Consécration pour le réalisateur mexicain en compétition officielle, 8 ans après « Sangre », alors présenté dans la catégorie « Un Certain Regard » et lauréat du prix FIPRESCI.

Voir le précédent film d’Amat Escalante : « Sangre« 

Prix du scénario : Jia Zhang Ke pour A Touch of Sin

Après « 24 City », le chinois, figure du cinéma « underground » inconnu dans son pays mais plébiscité en Europe, revient pour la troisième fois sur la Croisette et remporte le prix du scénario avec « A Touch of Sin », qui dresse une fresque de la Chine contemporaine.

Voir les précédents films de Jia Zhang Ke : « 24 City« , « Platform« , « Still Life« , « The World » et « Xiao Wu« 

Caméra d’Or : Ilo Ilo de Anthony Chen

Récompensant un premier long métrage, le Jury de la Caméra d’or – présidé par Agnès Varda – a remis la Caméra d’Or àIlo Ilo de Anthony Chen présenté à la Quinzaine des Réalisateurs 2013. Le film raconte les relations entre trois jeunes frères de 10, 8 et 6 ans et leur domestique dans le Singapour du milieu des années 1970.

Palme d’or du Court-Métrage : Safe de Moon Byounggon

Jane Campion, a remis la Palme d’or du court-métrage à Safe de Moon Byounggon. Le court-métrage évoque une vendeuse de billets de loterie, dont les arnaques sont dévoilées et qui cherche à échapper à ceux qu’elle à spoliés.