ActuCiné : « Foxfire » de Laurent Cantet

Ce mercredi dans l’ActuCiné, pleins feux sur le nouveau long-métrage de Laurent Cantet : « Foxfire, confession d’un gang de filles » auquel UniversCiné vous invite (voir plus bas) !

1955. Un quartier populaire d’une petite ville des États-Unis. Cinq adolescentes concluent un pacte à la vie à la mort : elles seront le gang Foxfire et vivront selon leurs propres lois. Mais cette liberté aura un prix…

Cinq ans après sa Palme d’or pour « Entre les murs », Laurent Cantet signe un film assez différent : alors que l’intrigue du premier se déroulait à notre époque, dans un collège de la Région Parisienne, il situe l’action de « Foxfire » dans les années 1950 aux États-Unis. Un changement sur la forme plus nuancé qu’il n’y paraît puisque Cantet a fait attention à ce que son film n’ait pas l’air daté : « Nous avons décidé de traiter l’histoire en « l’actualisant » : non pas en la transposant de nos jours, mais en la traitant au présent, sans chercher à prouver à chaque plan que nous sommes bien dans les années 1950 ».

Basé sur un roman de Joyce Carol Oates de 1993, ce film aborde les thèmes, chers au réalisateur, de l’adolescence, l’évolution des idéaux, le groupe, la révolte… D’un féminisme très contemporain (on les voit plus comme  des précurseurs des Femen, plutôt que comme les grandes sœurs des féministes post Mai 68), il dépeint de A à Z l’histoire de ce gang de filles enragées par les injustices sexistes.

Dans la première partie du film, on assiste à une éclosion : celle des consciences des jeunes filles. Rejetant d’abord leurs parents et professeurs, c’est ensuite à l’homme en général qu’elles vont en vouloir, se rebellant parfois de manière assez musclée.  Et cela aura comme conséquence pour Legs, la chef du groupe, un passage par la case maison de correction, qui marque une coupure dans le film.

Après sa sortie, Cantet filme la difficulté pour ces filles de réaliser leur utopie. Face aux problèmes d’argent, aux rivalités et à la jalousie, leurs idéaux ont la vie dure, et l’on sent petit à petit le drame poindre, jusqu’à un final en forme d’uppercut, dont le souffle épique risque bien de vous marquer mais aussi d’interroger.

La  mise en scène en crescendo de Laurent Cantet, parfois proche du thriller, est efficace et laisse de côté tout manichéisme. Elle permet surtout à un casting non professionnel (comme dans « Entre les murs »)  de faire ses preuves, et cela avec une aisance à couper le souffle. Mention spéciale pour l’interprète de la charismatique et fascinante Legs, Raven Adamson, dont on se souviendra longtemps du premier rôle.

Autant d’éléments qui font de ce film atemporel un grand film. Enfin, c’est ce que nous pensons, et c’est pourquoi UniversCiné vous offre 10 places pour aller voir ce film au cinéma. Pour cela, rien de plus simple : il vous suffit de répondre à cette question : « Qui a remis la Palme d’Or à Laurent Cantet en 2008 ? » et d’envoyer votre réponse à concours@universcine.be avant le 20 mars si vous voulez figurer parmi les gagnants !

Pour visionner la bande-annonce et le making-of de « Foxfire », mais aussi voir ou revoir les trois précédents films du réalisateur (« Entre les murs », « Vers le sud » et « L’emploi du temps ») : rendez-vous sur : http://www.universcine.be/promotion-vod/foxfire-fr