ActuCiné : « The Master », « Great Expectations » & « The Sessions »

Qu’y a-t-il de bien au ciné cette semaine ? Éléments de réponse dans l’ActuCiné, qui se penche sur « The Master », le nouveau long métrage de Paul Thomas Anderson, 6 ans après « There Will Be Blood ». Mais aussi : le retour d’Helen Hunt au grand écran dans « The Sessions » et une nouvelle adaptation des « Great Expectations » de Dickens.

Freddie (Joaquin Phoenix), un vétéran, revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui… Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman) – « le Maître », charismatique meneur d’un mouvement nommé la Cause, il tombe rapidement sous sa coupe…

Avec « The Master », Paul Thomas Anderson effectue un retour à la réalisation très remarqué à Hollywood. Traitant de l’ascension d’un chef religieux dans les années 50, l’histoire se rapproche très fort de celle de l’église de scientologie. Pas étonnant donc que des gens comme Ron Hubbard (le chef de ladite église) ou Tom Cruise (qu’Anderson a dirigé dans « Magnolia ») n’aient pas attendu la sortie du film pour l’attaquer.

Mais si ce film ne passe pas inaperçu, c’est surtout grâce à son duo d’acteurs à la présence  remarquable. Joaquin Phoenix et Philip Seymour Hoffman livrent en effet des scènes très intenses, dans ce face à face troublant entre un gourou et son élève. Nombreux sont ceux qui voient déjà une statuette dorée dans les mains d’un de ces acteurs, qui ont d’ailleurs remporté ex aequo le prix d’interprétation masculine à la Mostra de Venise 2012.

P.T. Anderson fait preuve comme à son habitude d’une très grande maîtrise artistique. Le format 70 mm utilisé recrée une atmosphère années 1950 d’une splendeur visuelle inouïe. Ce formidable portrait d’une Amérique d’après-guerre est donc un grand film, peut-être même son meilleur, car très sincère et intime, mais aussi trouble et risqué…

Ne ratez pas non plus…

« Great Expectations » de Mike Newell avec Jeremy Irvine, Ralph Fiennes et Helena Bonham Carter.

L’histoire de Pip, apprenti forgeron, qui reçoit d’un bienfaiteur anonyme une importante fortune. Pip attribue cette générosité à Miss Havisham, étrange vieille dame recluse dans son manoir depuis que son fiancé l’a abandonnée.

Mike Newell, réalisateur de « Prince of Persia », change complètement de style pour cette énième adaptation du classique de Charles Dickens. Le réalisateur a recréé pour l’occasion l’atmosphère lugubre et morose de Londres au XIXe Siècle. Face au talent confirmé de Ralph Fiennes et Helena Bonham Carter, c’est le jeune Jeremy Irvine (vu dans « Cheval de Guerre » de Spielberg) qui tiendra le rôle central de Pip.

***

“The Sessions” de Ben Lewin, avec John Hawkes Helen Hunt et William H. Macy.

Mark fait paraître une petite annonce : « Homme, 38 ans, cherche femme pour relation amoureuse, et plus si affinités. En revanche paralysé… Amatrices de promenade sur la plage s’abstenir… ». L’histoire vraie et bouleversante d’un homme que la vie a privé de tout, et de sa rencontre avec une thérapeute qui va lui permettre d’aimer, « comme tout le monde ».

Abordant avec subtilité un sujet complexe, le film de Ben Luwin perce à jours les tabous de notre société. Il bénéficie d’un casting solide et parfait de justesse. Helen Hunt, que l’on est ravi de revoir sur grand écran, y apporte toute sa sensualité et John Hawkes arrive à nous émouvoir sans jamais tomber dans le misérabilisme. « The Sessions » est un film optimiste qui vous fera un bien fou !