Le film de la semaine : « L’arbre »de Julie Bertuccelli

Cette semaine, coup de projecteur sur un film français tourné en Australie : « L’Arbre » de Julie Bertucelli. Sorti en août 2010, ce drame émouvant et poétique sur le deuil offre à Charlotte Gainsbourg une nouvelle occasion de briller au cinéma.

Adapté du roman « L’Arbre du père » de Judy Pascoe, le film nous raconte l’histoire de Dawn et Peter, qui vivent heureux avec leurs quatre enfants à l’ombre de leur gigantesque figuier.Lorsque Peter meurt soudainement, chacun, pour continuer à vivre, réagit à sa manière. Simone, la petite fille de 8 ans, croit que son père vit à présent dans l’arbre. Un jour elle initie Dawn à son secret… Peu à peu Dawn retrouve des forces, un travail. Peut-être un nouvel amour ? La vie reprend mais l’arbre devient envahissant : ses branches, ses racines, et même son peuple de grenouilles et de chauves-souris se lancent à l’assaut de la maison et menacent ses fondations ! Dawn n’a plus le choix : elle doit le faire abattre …Certes, cette histoire de père réincarné en arbre peut sembler étrange aux premiers abords. Le film frôle d’ailleurs le fantastique mais la réalisatrice ne franchit jamais la limite, préférant se concentrer sur les réactions d’une famille face au deuil. Sa mise en scène simple mais grave met très bien en évidence le jeu des deux actrices principales (Charlotte Gainsbourg et Morgana Davies) mais aussi la nature, qui a un rôle à part entière, notamment à travers le figuier.

Il faut dire qu’il était très important pour la réalisatrice de trouver le bon arbre, dans le bon paysage. Elle a donc « casté » un millier d’arbre dans la région du Queensland avant de dénicher sa perle rare. Ce long métrage est une ode à la nature australienne, qui nous offre des moments de poésie solaire mais aussi des frissons, lors d’une scène de tempête angoissante, nous rappelant qu’elle reste indomptable…Mais plus encore que son décor, le film marque par l’interprétation poignante des deux interprètes féminines. La petite Morgana Davies incarne à merveille cette petite fille au visage lumineux et à l’imagination débordante. Quant à Charlotte Gainsbourg, elle est, comme à son habitude, d’une justesse admirable, à la fois frêle et forte. Sa prestation lui a valu une nomination aux César 2011 dans la catégorie « Meilleure actrice ».

En bref, il s’agit d’un très beau film évoquant le deuil, au travers de l’enfance et la nature, le tout porté par de grandes actrices… A voir sur UniversCiné !