« Humpday » de Lynn Shelton

Tout l’intérêt du troisième film de Lynn Shelton réside, comme dans My effortless brillance, dans le regard féminin posé sur des problèmes typiquement masculins. En effet, peu de « cinéastes femmes » s’intéressent d’aussi près à l’intimité des hommes et à la causticité des relations qui les unit entre eux. Humpday raconte comment deux amis, lors d’une beuverie, décident de coucher prochainement ensemble. Mais le lendemain, une fois la gueule de bois passée, ils se retrouvent face à cette situation embarrassante… Vont-ils passer à l’acte ? Ont-ils vraiment envie de le faire ou bien est-ce plutôt un énième délire entre amis ?

Le regard féminin porté sur la situation apporte au film un ton léger et tendrement ironique. Shelton démystifie la puissance masculine qu’elle confronte, par l’absurde,  à la vanité qui se dissimule sous les apparences. Car, derrière le ton doux-amer de Humpday et son semblant de liberté, les hommes s’affichent comme des êtres fragiles et incertains. La cinéaste cerne ce malaise avec un certain talent : sans jamais le montrer explicitement, elle souligne son ancrage profond dans la vie quotidienne de monsieur tout le monde.

Humpday ne serait rien sans ses deux acteurs principaux, les remarquables Mark Duplass (dont le nouveau film, Cyrus, sort bientôt) et Joshua Leonard. Maîtrisant parfaitement les techniques post-cassavetsiennes du jeu d’acteur, le duo comique porte sur ses épaules, et sans fausses notes, les arguments du film. Ils rendent crédible la relation entre amis et, à travers eux, ce sont tous les petits gestes et les habitudes des hommes d’aujourd’hui qui se retrouvent, criants de vérité, à l’écran.

Guillaume Richard

Découvrez « Humpday » en VOD sur UniversCiné.be