« Accused » de Jacob Thuesen

Lorsqu’un sujet grave ou de société est abordé dans un film de fiction, l’angle utilisé pour l’aborder est souvent au centre des débats. Accused, traitant du sujet délicat de la pédophilie, et plus particulièrement de l’inceste, est de ces films qui divisent forcément et peuvent se vanter de ne laisser personne indifférent.

Henrik, maître-nageur de son état, et père de famille au-dessus de tout soupçon, est, du jour au lendemain, plongé dans la tourmente, lorsque sa fille l’accuse de viol. Une telle prémisse ne peut que faire résonner de vieux démons dans l’inconscient collectif, et rappeler des faits d’actualités survenus les dernières années. Avec un tel bagage, ce film ne peut que prendre une dimension dépassant largement le cadre cinématographique.

Quel que soit le genre du film, son sujet le pose d’entrée comme un objet de réflexion sur un sujet d’actualité et l’expose à une critique dépassant le cadre purement artistique, et lorgnant plus du côté de la morale. Le fait qu’Accused prenne pratiquement la forme d’un polar, avec un enjeu fort, ne fait que renforcer cette idée. Le jugement éthique induit par le film ne va pas seulement porter sur ce qu’il raconte, mais aussi et surtout sur sa légitimité en tant que film de fiction. Peut-on faire un film de genre sur la pédophilie ?

Si le film est un objet de réflexion quasi-philosophique, il n’en est pas moins une œuvre à part entière, dont la mécanique implacable repose sur une question impliquant une réponse positive ou négative : Henrik est il coupable ? Un enjeu aussi carré ne peut que faire basculer le film d’un côté ou d’un autre lors de la révélation et engendrer un rejet par certains et un emballement pour d’autres, selon la sensibilité de chacun.

Mais le film est assez subtil pour distiller des sentiments contradictoires tout au long de son récit, considérablement aidé par l’interprétation toute en ambiguïté de Troels Lyby, campant un Henrik tour à tour touchant et inquiétant. La scène où il assiste, impuissant, à son propre procès, voyant sa fille l’accuser du pire, par le prisme d’une télévision, est particulièrement saisissante.

Thibaut Grégoire pour UniversCiné

Retrouvez ce film sur le site d’UniversCiné Belgique