« Brendan & the Secret of Kells » de Tomm Moore et Nora Twomey

Un conte entre rêve et réalité…

Ce premier long-métrage d’animation 2D de Tom Moore, une histoire et un univers visuel inspirés du livre de Kells, « enlumine » le spectateur… Tout simplement !

Irlande, 9ème siècle. Brendan, apprenti moine de douze ans, vit sous l’autorité de son oncle, le sévère Abbé Cellach, à l’abbaye de Kells. Les moines et villageois passent la plupart de leur temps à consolider le mur d’enceinte qui, selon l’Abbé Cellach, les protègera contre les vikings. Toutefois, l’arrivée au sein de l’abbaye du grand maître enlumineur, Frère Aidan, et de son chat, perturbera l’ordre établi. Car le frère Aidan n’est pas venu les mains vides. Le livre inachevé qu’il porte sur lui n’est autre que le merveilleux livre de Kells. Influencé par le Frère Aidan, Brendan découvrira alors l’art de l’enluminure, transgressant l’autorité de son oncle et relevant de nombreux défis pour pouvoir achever le livre… Et grandir, par la même occasion.

Construit sur un fond de faits historiques, le récit de « Brendan » est une allégorie du thème du passage de l’enfance au monde adulte. A travers son apprentissage, son refus de l’autorité, sa soif de découvertes et ses rêves, Brendan se construit et trouve sa place dans le monde. Le moment clé de cette évolution : son combat contre le dieu serpent, créature mythique des ténèbres, symbolisant le passage obligé de chacun vers l’âge adulte : un combat à mener contre ses propres peurs pour pouvoir avancer.

Inspiré des illustrations des enluminures du livre de Kells, le réalisateur plonge le spectateur dans un univers visuel riche et envoûtant. Les spirales raffinées, la géométrie droite et sévère de l’abbaye, l’explosion de couleurs dans la forêt, le cadre découpé en triptyque lors du voyage de Brendan vers l’âge adulte… Tant d’effets visuels qui transportent le spectateur entre rêve et réalité pendant toute la durée du film. Le choix d’un style graphique en deux dimensions, original et simple à la fois, prend le contre-pied des nombreux films d’animation 3D sortis ces dernières années et ça fait du bien !

La musique du film est un patchwork de musique traditionnelle irlandaise, de chants à voix d’enfants (« Aisling song ») et de chants grégoriens. Composée par l’incontournable Bruno Coulais (« Himalaya », « Microcosmos », « Les choristes » parmi une centaine d’autres BO), la bande originale permet, par sa discrétion et sa cohérence avec les images, une immersion complète dans l’univers graphique du film.

Fruit d’une collaboration irlando-franco-belge, ce long-métrage d’animation offre une vision onirique d’un voyage que nous avons fait, ou ferons, tous un jour.

Retrouvez ce film sur le site d’UniversCiné